21 personnalités partagent leurs souvenirs de soirées mémorables

« Si je connaissais le secret d’une fête réussie, je ne serais pas sorti si souvent ! »                

FRÉDÉRIC BEIGBEDER écrivain

Sa playlist  « Rock Your Baby », de George McCrae. « Jean and Dinah », de Robert Mitchum. « Going up the Country », de Canned Heat. « Svalutation », d’Adriano Celentano. « Vous les femmes », de Julio Iglesias. « Get Down », de Gilbert O’Sullivan. « Because the Night », de Patti Smith.              

Sa recette pour une fête réussie  « Si je connaissais le secret d’une fête réussie, je ne serais pas sorti si souvent ! Le seul critère est le suivant : dans une fête réussie, tout le monde sourit. »

« Mon inspiration ? Un smoking d’homme avec un noeud papillon piqué à mon mari »                                                       

VANESSA SEWARD créatrice de mode

Sa tenue de lumière « Mon inspiration ? Bianca Jagger. Un mélange de féminin-masculin, avec un smoking d’homme et un nœud papillon en velours noir piqué à mon mari. Un look sans faute, que je féminise avec une ceinture fine à boucle dorée, un peigne bijou dans mes cheveux et un maquillage léger mais très soigné. Le genre de tenue qui vieillit bien, sans faire ridicule, même quand on se revoit en photo des années après ! »                                           

ELSA ZYLBERSTEIN, comédienne

« Pour sortir, j’aime être très féminine : porter une robe noire, courte ou longue, avec les épaules nues, et Coco de Chanel, mon parfum du soir. J’adorerais faire la fête en haut d’une tour à New York, en contemplant la ville à mes pieds et en dansant sur ‘Got to Be Real’, de Cheryl Lynn.»

« Les costumes étaient incroyables, Karl était en casanova »                    

VINCENT DARRÉ styliste et architecte d’intérieur              

« La fête la plus mémorable à laquelle j’ai assisté est le “Bal vénitien”, orchestré par Karl Lagerfeld et Fabrice Emaer au Palace, en 1978. C’était un hommage au bal de Charles de Beistegui à Venise, le fameux “Bal du siècle”, mais version underground, rock, parisienne. Et avec un mélange incroyable de gens et de générations. Christian Louboutin, Farida Khelfa, Eva Ionesco et moi… nous étions préparés chez ma mère. Le plaisir de la fête, c’était aussi de s’habiller. Quelques jours auparavant, on avait vu un camion qui déchargeait des malles de vêtements de théâtre. On en avait piqué une : il y avait à l’intérieur des costumes Renaissance et plein d’autres trésors, tout ce qu’il fallait pour se déguiser ! À l’époque, j’étais au Studio Berçot, et, pour une amie, j’avais fait une crinoline transparente bordée de boas roses, Christian était moitié-homme, moitié-femme, et moi, j’étais habillé en bourreau, avec une hache ! Karl, en Casanova, était arrivé avec Jacques de Bascher et toute la bande d’Yves Saint Laurent – c’était avant leur brouille. Anna Piaggi [journaliste de mode italienne, ndlr] était déguisée en vendeuse de poissons, avec un panier sur la tête rempli de vrais poissons. Le travesti Jenny Bel’Air avait fait son entrée sur un baldaquin porté par deux Noirs culturistes, qui s’étaient cassé la figure, et là, tout le monde avait pu se rendre compte que Jenny était un homme ! Quant au décor de la scène, il avait été réalisé par Gérard Garouste, qui était alors presque inconnu. À 4 heures du matin, un petit déjeuner princier avait été servi sur les tables avec une débauche d’argenterie ! »                                            

CHRISTOPHE CONTE critique rock                                                                                                                                                  

Sa playlist « This Is Radio Clash », des Clash. « Atomic », de Blondie. « Give Me Back My Man », de The B-52’s. « Love Is the Drug », de Roxy Music. « Glad to Know You », de Chaz Jankel.            

La fête mythique où il aurait rêvé d’aller  « J’aurais adoré assister à une fête du début des années 1980, avec Debbie Harry, Étienne Daho, Joe Strummer, Rosanna Arquette et Bryan Ferry. »                                            

SARAH ANDELMAN cofondatrice du concept store Colette

« Une fête est réussie lorsqu’il y a une bonne alchimie entre le lieu, les invités, la musique, ce qu’on boit… C’est un tout ! Et une boule disco fait toujours son petit effet. »

« J’avais réussi à entrer au 113 »                              

KIDDY SMILE, chanteur et musicien               

Sa playlist « It’s My House », de Diana Ross. « Closer », de Sam Sparro. « Kiss U Right Now », de Duckwrth. « Be Freak », de D’Angelo. « Freak On », de StoneBridge vs. Ultra Naté.              

Son cocktail « Un gin tonic ou un gin à la framboise. Et j’adore les soft drinks, surtout l’Orangina Rouge et l’Oasis Tropical. »                

Sa soirée la plus mémorable « Le 31 décembre 1999, la nuit du passage à l’an 2000, j’avais 16 ans et j’avais réussi à entrer au 113 pour la soirée de Jamel Debbouze. C’était incroyable de voir autant de gens qui passaient à la télé, comme Èric et Ramzy, ou les acteurs de la série “H”. Pour un p’tit gars de banlieue, c’était la soirée où il fallait être ! »

« Il y avait le Tout-Paris et Jude Law »  

 AMANDINE DE LA RICHARDIÈRE DJ                                                                                        

Sa tenue de lumière  « Une veste Chanel, un jogging Adidas et des talons hauts. Un make-up glow. »                

Sa playlist « U Can’t Touch This », de MC Hammer. « A.I.È », de La Compagnie Créole, par Larry Levan. « Wake Me up Before You Go-Go », de Wham ! « Despechá », de Rosalía.               

Sa soirée la plus mémorable  « La “Demolition Party” à l’hôtel Royal Monceau, à Paris, l’été 2008. L’idée était de tout détruire à coups de marteau avant sa rénovation. Il y avait le Tout-Paris… et Jude Law. »

Son casting idéal « Dalí, Mick Jagger, Brad Pitt, George Michael et mon mari, Sébastien Tellier. »

©  David Cairns/Daily Express/Hulton Archive/Getty

« J’emporte une paire de slippers pour danser jusqu’au bout de la nuit »                                                                                                       

AURÉLIE BIDERMANN créatrice de bijoux               

Sa tenue de lumière « Pour n’importe quel look de fête, je porte beaucoup de bijoux : une accumulation de bracelets, des grosses boucles d’oreilles, un collier imposant… Impossible de ne pas les mettre ! J’ai trois tenues fétiches : une robe longue et sexy, noire ou blanche, d’Alaïa, une robe en mesh de Paco Rabanne et une robe bohème-chic, dessinée par mon amie Coco Brandolini d’Adda pour sa marque Adda. Je complète le tout avec des escarpins, et j’emporte dans mon sac une paire de slippers pour danser jusqu’au bout de la nuit. »

« Une fête réussie, ce sont d’abord des gens sur le dance-floor »                                                                                                        

AGATHE MOUGIN mannequin et dj               

Sa playlist 1. « Ritmo Fatale », de Kendal. 2. « Forever Stella », de Nico Morano. 3. « Pyjama Bazaar », de Kabylie Minogue.               

Sa recette pour une fête réussie  « J’adore danser et j’aimerais être aussi douée que certaines personnes qu’il m’arrive d’observer lorsque je mixe. Une fête réussie, ce sont d’abord des gens sur le dance-floor. Un bon système son, avec des basses bien lourdes, est essentiel. »

« Je ne porte plus que des anciens costumes trois pièces »                                                     

ROMAIN BRAU acteur et chanteur              

Sa tenue de lumière « Depuis quinze ans, je ne porte plus que des costumes trois pièces Dior ou Daniel Hechter ayant appartenu à mon père, assortis de grosses b.o. Gucci avec des diamants ou des perles baroques pour casser le style. »

Sa musique d’ambiance « De sublimes musiques de film, comme celles d’“In the Mood for Love” et de “The Hours”, signée Philip Glass. Les opéras créés par Monteverdi. »              

La fête mythique où il aurait rêvé d’aller  « Les soirées performances de Salvador Dalí et d’Elsa Schiaparelli, où l’on célébrait l’art et la vie avec une générosité qui a, je trouve, disparu. »

« Le DJ propulsait des vagues de sons Drum’N’Bass  »                                                                                                           

CRYSTAL MURRAY, musicienne              

Sa tenue de lumière  « Je passe une partie de mon temps à Londres, la ville rêvée pour faire la fête, je m’y sens dans mon élément. Là-bas, les gens osent s’habiller de façon excentrique. Ma tenue idéale pour aller dans une soirée : un jean baggy brut avec un string apparent, un haut de Bikini rouge et des colliers argentés portés à la ceinture. La touche finale : des ongles stiletto en chrome. »

Sa soirée la plus mémorable « C’était au Palace, l’année dernière : j’étais “MC” aux côtés d’un dj qui propulsait des vagues de sons drum’n’bass, tandis que j’improvisais à la voix tout en dansant comme une folle. »

« J’aime mélanger les gens »  

INDIA MAHDAVI, architecte et designer                                                                                      

« Aux soirées prévues à l’avance je préfère les dîners improvisés, qui s’organisent souvent autour d’un ami de passage à Paris, auquel j’ai envie de faire rencontrer telle ou telle personne. J’aime mélanger les gens, les générations, les professions, les nationalités… C’est très ouvert et cosmopolite. Cela me vient de mes racines orientales : en Iran, quand on invite des amis, on invite aussi les amis de ses amis, et la nourriture est toujours abondante. Mes parents recevaient ainsi. Il y a aussi une fête que j’aime particulièrement, qui a lieu lors du solstice d’hiver, le 21 décembre. Ce soir-là, on mange des fruits rouges, grenades, pastèques…, pour célébrer le retour de la lumière, et chacun déclame un poème de Hafez. Une préfiguration de Noël. »                                          

CHARLES DE VILMORIN styliste

« J’aurais aimé assister à un bal masqué vénitien, à une époque où les téléphones portables n’existaient pas, entouré de gens vêtus de costumes incroyables et alors que l’identité de chacun est cachée. La liberté absolue ! D’ailleurs, j’adore coudre ma tenue avant de me rendre à une soirée. Qu’il s’agisse d’un vêtement tout simple avec un côté dramatique ou d’une pièce extrême, c’est comme un rituel. Je suis très attaché à ce moment pré-soirée. pour moi, le mot ‘fête’ rime avec amis, lâcher-prise, insouciance et parfois excès ! »

« C’était fou, nous étions fatigués et heureux  »  

NICOLAS MAURY acteur et réalisateur

Sa tenue de lumière « Du noir, du cuir, de la fausse fourrure, un teint de vampire et un diamant au minimum… »

Sa soirée la plus mémorable  « Le dernier jour de tournage de mon film “Garçon chiffon”, j’avais acheté une quantité astronomique de champagne pour faire la fête avec mon équipe, et des intimes nous avaient rejoints. C’était fou, c’était libre, nous étions fatigués et heureux, nous étions à peu près quarante à marcher dans Paris et nous allions d’appartement en appartement. On s’embrassait, on se donnait de la tendresse. Tout ce que j’aime. »

La fête mythique où il aurait rêvé d’aller « Les fêtes de Dionysos, le dieu de la vigne, de la semence et du théâtre ! Avec les breuvages les plus raffinés et les hommes les plus valeureux, sauvages et dévêtus ! »

« On commence par choisir un vinyle »  

JULIE ANDRIEU critique gastronomique

 « Je fais depuis quelque temps des soirées à thème. Et c’est très amusant ! La dernière était inspirée par la montagne. On commence par choisir un vinyle. Là, nous nous étions mis d’accord sur “Rocket Man”, d’Elton John. J’avais dressé la table avec des planches à fromage en guise de sets et quelques pommes de pin sur une grande nappe vert sapin. J’ai servi une raclette à base de reblochon, vacherin, camembert, chèvre, tomme de Savoie. Chacun avait un petit panier vapeur de légumes : chou romanesco, cerfeuil tubereux, carottes, navets, panais… L’idée étant de sortir des sentiers battus. Idem pour la charcuterie : lard de Colonnata, salaisons d’agneau suisse, joues de cochon fumées. Délicieux et festif. Au dessert, on s’est tous levés pour danser sur “Dalida by Ibrahim Maalouf”. »

« Je décore la table avec des objets que j’aime »  

PIERRE SAUVAGE directeur artistique 

« Je détourne des tissus d’ameublement ou des couvertures en laine pour en faire des nappes. Ces dernières se nettoient beaucoup plus facilement qu’on ne pense, et, dans un cas comme dans l’autre, c’est plus décoratif et plus chaleureux qu’une nappe blanche. Je fais broder les serviettes aux initiales des invités – qui repartent avec après le dîner. Je décore la table avec des objets que j’aime – météorites, boîtes, petites sculptures… – et des fleurs dans des contenants de hauteur différente – verre à vin, timbale, vase… Ça casse l’effet Matignon ! »

« Des petits pains qui portent le nom de mes invités »  

MARIA DE LA ORDEN créatrice de mode 

« J’aime créer une ambiance chaleureuse quand je reçois à la maison. En ce moment, par exemple, un feu de cheminée et un bon apéritif mettent très vite tout le monde à l’aise. J’ajoute une touche personnalisée, comme des petits pains qui portent le nom des invités, que je commande chez Poilâne. Pour dresser la table, je mélange des assiettes différentes – j’utilise beaucoup la vaisselle “Oriente Italiano” de Richard Ginori dans toutes les couleurs –, sur une nappe brodée que je tiens de ma grandmère. J’essaie de tout organiser à l’avance pour ne pas stresser une demi-heure avant – même si je me fais quand même souvent avoir. »

« La vie est une danse. Rien de plus, rien de moins »  

LISA AZUELOS réalisatrice et écrivaine

« Ma meilleure fête, c’est la dernière, il y a un mois. Je n’habite plus à Paris depuis trois ans… et je ne voyais plus grand-monde depuis le Covid. Donc faire la fête là, c’était ma manière de dire : on s’est trop manqué et on n’a pas assez rigolé ces derniers temps. D’ailleurs, tous les gens que j’ai invités ont dit “oui”. On a dansé sur du disco, une musique qui a été inventée pour les clubs. Il faut prévoir assez d’alcool, pour que même les timides dansent. Mais pas trop, pour que ceux qui sont bourrés ne détruisent pas tout dans la maison. Enfin, j’ai décidé que, sur ma pierre tombale, sera gravé “dance-floor”. Car la vie est une danse. Rien de plus, mais rien de moins. »

« Les soirées de Noël d’autrefois en famille ma manquent »  

BERTRAND BURGALAT, musicien

Sa playlist spécial Christmas « Snow », de Harpers Bizarre. « Carol of the Bells », de The Bird and The Bee. « Sweet Jesus !!! », de Chassol. « Christmas Alone », de Comateens. « Moon River », de Jacob Collier.

Sa soirée la plus mémorable « J’avais tendance à dénigrer les Noël en famille, soirées pantagruéliques à l’issue desquelles mon père promettait invariablement que l’année suivante on boirait un chocolat chaud et on dînerait d’une orange. Aujourd’hui, elles me manquent. »

Son casting idéal « Brian Wilson, Alain Delon et Tracey Ullman, pour ne citer que des personnes vivantes. »

INÈS MÈLIA, artiste

« L’éclairage est essentiel : chez moi, il y a toujours plein de bougies, cela crée une ambiance unique et poétique. Et j’aime bien l’idée de demander à mes invités de faire une playlist tous ensemble. Le résultat est très éclectique, on découvre de nouvelles choses. Et pour ceux qui ne connaissent pas encore le site Radiooooo, activez le mode shuffle, et c’est parti ! »

21 personnalités partagent leurs souvenirs de soirées mémorables – Elle